Edition 2018 du Villa d’Este Wine Symposium (VDEWS)

Hommage à notre Partenaire Fazioli

ENGLISH REPORT FROM KEVIN SHIN & FRIENDS

https://www.wineberserkers.com/forum/viewtopic.php?f=1&t=155909&p=2616944#p2616944

https://vinous.com/forums/index#/discussion/9370/2018-villa-d-este-wine-symposium-kelly-rj-justin-and-kevins-excellent-adventure

Le programme de cette année a plu aux participants venus de 25 pays ! On peut le lire sur notre site : http://www.vdews.com/

Comme l’an dernier, et en attendant les rapports en anglais que feront Kevin Shin et la revue The World of Fine Wine de Neil Beckett, on peut lire le compte-rendu complet que fait Oliv sur le forum LA PASSION DU VIN :

https://www.lapassionduvin.com/forum/a-propos/47322-au-coeur-du-villa-d-este-wine-symposium-2018

Juste quelques mots pour dire à quel point un tel événement est réussi grâce à la totale implication des participants au style, à la forme, à la combinaison de séminaires, de dégustations et de moments musicaux.

Le pays à l’honneur cette année était la Géorgie. Non seulement nous avons pu connaître toute l’histoire du vin de ce pays, vieille de 6000 ans BC, et qui souhaite maintenant créer de nouveaux liens avec l’Europe occidentale.

Hugh Johnson a pu nous commenter en finale, ses vues sur le futur, le thème de cette année ayant été : LE PASSÉ – LE PRÉSENT – LE FUTUR.

On travaille déjà sur la prochaine édition qui aura lieu du 7 au 10 novembre prochain.

Ce qu’on doit ajouter en finale, c’est l’exceptionnelle participation du personnel de la Villa d’Este à gérer à la fois des repas d’anthologie et un service du vin de haute volée. Plus de 4000 verres requis pour les dégustations !

QUELQUES PHOTOS (en titre : notre témoin habituel)

 

2018-11-06 17.05.36

Une exposition émouvante géorgienne d’objets « vins » de plusieurs milliers d’années !

P1011201.jpg

Deux verticales d’anthologie

IMG_0239.jpg

IMG_0178.jpg

Toujours un silence impératif durant les dégustations

IMG_0251.jpg

Des Géorgiens plus que sympathiques ! George Ramishvili et David Lordkipanidze

 

018G9137.jpg

Un duo très sérieux : Richard Geoffroy et Aubert de Villaine

Bon : pas toujours 🙂

018G0016Symposium 2018 venerdi.jpg

On aura un florilège complet de photos sur le site !

Des séminaires bien suivis et

Plus de 90 places avec 8 verres pour le service des Dom Pérignon

 

Egon Müller en commentaire

Manon Bras en service Dom Pérignon
Un Team VDE de tout premier ordre
Nos 5 parrains et Hugh Johnson honorés par d’authentiques objets géorgiens ayant au moins 2000 ans AD. Non point de gold medals olympiques ou cannoises, mais une mémoire du vin, acteur essentiel de la Civilisation Occidentale.

Une superbe année de truffes blanches…

4 commentaires sur “Edition 2018 du Villa d’Este Wine Symposium (VDEWS)

Ajouter un commentaire

  1. En lien avec le thème « Futur » de notre édition 2018 :

    https://www.thedrinksbusiness.com/2018/11/aocs/

    15th November, 2018 by Arabella Mileham
    French AOCs will be able to carry out research and development on new climate-change resistant grape varieties following a recent ruling by the INAO.

    Following its meeting earlier this autumn, the Institut national de l’origine et de la qualité (INAO) has added a new category to grape varieties that will be permitted under AOC rules. The new ‘grape varieties for climate and environmental adaptation’ category has been added to the existing main and accessory cultivars categories to allow AOCs to grow disease-resistant varieties or varieties not previously grown in the AOC under certain conditions, in a bid to adapt to the challenges of climate change.

    The INAO said that that it was important to allow ecological transition to confront climate change”, by allowing a “controlled evolution” of grape varieties.

    The chairman of the INAO wine board Christian Paly said, “The change is fuelled by our desire to take into account environmental issues advocated by society and to adapt to climate change.”

    The grapes must be of vitis vinifera origin as well as being permanently listed in the French catalogue of vine varieties.

    Wine growers wanting to investigate new varieties under the proposals will sign a formal agreement with the INAO and the producers’ organisation that will be valid for ten years. At the end of the period, the grape varieties will be assessed by the INAO and the producer’s organisation to determine if they are suitable for the appellation and should be retained on the specifications.

    New plantings will be limited to 5% of the land and will not exceed 10% in the assembly of the cuvées.

    According to French wine journal Vitisphere incorporating the grapes into the product specifications will be controlled, limited to ten grape varieties per colour and twenty grape varieties of any colour. In addition, the third category of grape variety can be no higher than 5% of the varietal range.

    In August, the drinks business reported that French wine scientists had engineered four new ‘supergrapes’ that are resistant to rot and require virtually no pesticides, which have already been accepted into the official catalogue of French grape varieties.

    J'aime

  2. En juin 2007, j’avais eu la chance de participer au classement GJE des 2004.
    Si je ne me trompe, margaux 2004 fut classé 73ème (sur 150 vins).

    Ma note, de 14,5, fut basse, ce qui le situait en fin de mon propre classement (à noter pas de défaut de brett)

    J'aime

  3. Tout cela confirme le fait, particulièrement à l’aveugle, le « gap » entre les classés et les nouveaux venus aux dents longues s’est sérieusement amenuisé et a obligé, d’une certaine façon, ces classés à faire de sérieux efforts : ce qui est en train de se faire et en version continue. Il n’était que temps !

    J'aime

  4. Certains Participants m’ont demandé de leur communiquer mon bla-bla du samedi PM avant la remise des « Mémoires » aux 5 Parrains du VDEWS et à Hugh Johnson. Voilà mon texte : il y a eu peu de changement en direct.

    Mesdames, Messieurs,

    Dix ans ! Dix ans, ç’est une durée ridicule à l’échelle de l’homo sapiens ou du vignoble Géorgien, mais c’est énorme dans la vie d’un humain et en particulier du vigneron qui compte ses vendanges. Mais en même temps, ce n’est rien s’il pense aux générations qui l’ont précédé sur sa terre, certains domaines comme les Antinori, pouvant remonter ainsi au XVième siècle. Voilà le paradoxe du TEMPS !

    Hugh Johnson, va nous dire d’ici quelques minutes, son point de vue sur le thème de cette année ici à Villa d’Este : LE TEMPS ET LE VIN.

    Mais auparavant, qu’il me soit permis de remercier en particulier 3 personnalités sans l’aide desquelles, cet événement annuel à Villa d’Este n’aurait simplement pas pu être créé. Une aide financière, il faut le dire car un évènement comme celui-là est une gageure du point de vue économique, et une aide amicale car ce n’est pas l’appât du gain qui motive les mécènes pour un évènement de ce type : il faut aussi et surtout la passion et l’amitié.

    HENRI DE PRACOMTAL

    Nos relations ont maintenant plus de 20 ans d’âge, et c’est grâce à son soutien constant que nous avons pu constituer et développer le GRAND JURY EUROPEEN (GJE) qui a fonctionné pendant 20 ans et qui proposait au monde du vin des dégustations collectives de professionnels réalisées à l’aveugle ou demi-aveugle.
    C’est un Homme d’affaires plus que rigoureux, avec une rare éthique professionnelle, mais capable de comprendre d’autres points de vue. Un jour il sautera le pas et de Tonnelier il deviendra, lui ou ses enfants vigneron : il ne le sait pas encore, mais c’est là un scoop que je vous donne ☺
    Merci Henri, merci Nathalie !

    JEAN-MARC DROULERS

    Ancien co-propriétaire et administrateur de Villa d’Este, Jean-Marc Droulers – qui s’excuse pour son absence ce jour – a toujours souhaité développer un évènement « vin » dans cet hôtel unique au monde. Aussi, quand nous avons proposé de faire les sessions de fin d’année du Grand Jury Européen, en 2002 et qu’ensuite nous avons développé avec lui le concept de ce Villa d’Este Wine Symposium, il nous a dit oui avec enthousiasme. Il est évident qu’ailleurs nous n’aurions jamais eu un cadre aussi exceptionnel que celui où nous nous trouvons en ce moment. On a discuté, trouvé les bons compromis, son expérience a beaucoup compté et il avait souvent raison de me remettre dans la bonne voie : main de fer et gant de velours.

    CLAUDIO TIPA

    L’homme est sérieux, c’est incontestable et incontesté. Simplement, plusieurs fois par jour, c’est un grand spécialiste de la petite blague qui arrive sans crier gare ! Grand constructeur, donc rigoriste, il a cette rare capacité d’évaluer à vitesse Grand V si ce qu’on lui propose est bon ou médiocre. Il sait pourtant déléguer et accepter régulièrement de nouveaux défis. Le plus bel exemple est le Festival de Musique AMIATA qu’il a créé avec Maurizio Baglini, notre pianiste favori, qui en est le directeur musical. Homme de voiliers, actif dès 6H00 du matin, vous avez intérêt à être en superforme intellectuelle quand vous avez rendez-vous. Il mérite le qualitatif d’impitoyable, car il n’aime pas les fausses notes, mais il mérite tout autant le qualitatif de juste ! Et sans jamais oublier qu’il a affaire à des humains ! Si, si : on l’aime pour ça ! ☺

    Voilà : ces 3 Personnalités m’ont aidé, financé, soutenu bien au-delà des normes habituelles et avec une grande indulgence pour mes enthousiasmes intempestifs qu’ils savaient gentiment modérer. Merci Messieurs : sans vous, nous ne serions pas là aujourd’hui.

    Revenons à notre thème central de cette année. Hugh Johnson est plus qu’un nom dans le monde du Grand Vin. IL a été pendant des décennies, il est encore un « GO BETWEEN », un relais hors pair entre les vignerons et les grands amateurs. Un homme essentiel de communication.

    Un tel homme pour qui les fleurs et les jardins sont des choses essentielles dans la vie ne peut pas être foncièrement mauvais pour évoquer sa seconde passion, le Grand Vin. Le fait d’être originaire d’un pays anglo-saxon qui ne produit du vin que depuis quelques années lui a permis d’être totalement indépendant, et de ne pas connaître le mot sectarisme. Dans ses ouvrages, il parle aussi bien de la Moldavie que de la Bourgogne, aussi bien du Chili que de la Toscane. C’est rarissime d’avoir un tel auteur, un tel écrivain ayant le même respect pour tous les vignobles du monde, grands et petits, connus ou méconnus. A ceci s’ajoutent une modestie, une humilité et une simplicité qu’on aimerait tellement constater chez nombre d’autres écrivains du vin. Hugh Johnson ? Simplement : « LA » référence des journalistes du vin.
    Laissons donc la parole à Hugh Johnson qui a suivi nos séminaires et qui va nous donner ses réflexions à l’aune de sa longue expérience du monde du vin.

    Ceux qui me connaissent un peu, savent à quel point je suis fondamentalement européen et même plus : Fédéraliste Européen. Oh, je sais parfaitement qu’il faudra des décennies pour qu’enfin l’Europe comprenne que sa survie dans le monde ne pourra se faire qu’en associant à l’économique, une culture basée sur des siècles d’histoire. L’Europe ne doit pas rester bancale, sinon c’est la chute assurée. Aucun autre continent ne peut offrir au reste du monde une telle variété de cultures, de telles pages d’histoire, de tels noms de grands hommes comme Leonardo da Vinci, Einstein, Pasteur, Bach, Mozart, Darwin ! Non pas qu’il n’existe pas d’autres grandes civilisations, mais, allez savoir pourquoi , à un moment, ces civilisations se sont un peu figées alors même qu’en Europe, on a eu l’audace comme moteur d’évolution. De là à dire que cette audace a trouvé son fuel dans le vin de ses terroirs, c’est probablement aller vite en besogne, mais, on a le droit de le penser ☺ Après tout, Bach et Pasteur aimaient le vin et aimaient le dire !
    Et on pourrait citer des centaines d’autres grands noms qui ont façonné l’Europe ! Bref : cette richesse historique est simplement galvaudée, sous-estimée : il faut lui redonner une place équivalente à l’économique !

    Je voudrais revenir à ces 10 ans de VDEWS, pour cette fois évoquer l’Italie qui sait si bien nous recevoir dans ce lieu de toute beauté qu’est Villa d’Este au bord du Lac de Côme.

    Comment dire l’Italie…

    Pour moi, l’Italie ne se visite pas : elle se vit {du verbe vivre} ! l’Italie membre fondateur de l’Union Européenne, a toujours été et reste malgré les scories politiques du moment une nation profondément européenne pour autant que Bruxelles comprenne enfin que l’Europe ne peut se construire, se vivre que sur une réelle égalité entre économique et culture.

    L’Italie a ceci d’unique d’être un pays où la culture est présente NATURELLEMENT chez tous ses habitants ; qu’ils soient entrepreneurs, vignerons ou fonctionnaires, florentins ou napolitains, romains ou milanais, vénitien ou sicilien. Un italien a NATURELLEMENT la culture dans son ADN et ses gènes. Il sait apprécier Michel-Ange, le Duomo de Florence, les Arènes de Vérone, la fontaine de Trevi, Fra Angelico, Brunelleschi, Nadia Santini, Angelo Gaja, Enzo Ferrari, Enzo Vizzari, Dante, Leonardo da Vinci, Verdi, Puccini, Federico Fellini, Marcello Mastroianni, Sophia Loren et Gigi Buffon ! Un italien ne peut pas être trompé par une cuisine aléatoire : il sait comment doit être un bon risotto ou une pasta al dente. Essayez de trouver un mauvais restaurant au Piémont des Langhe ! Pas facile, croyez moi !
    Bref : comme tout français qui a usé ses culottes avec des cours de latin ou de grec, qui a lu éventuellement de Stendhal son « Voyage en Italie », qui a pu argumenter en grande politesse avec la maréchaussée italienne qui vous reprochait des dépassements hasardeux, j’ai une passion réelle pour l’Italie, celle de Verona, de Modena et de son chef d’exception Massimo Bottura, sans oublier ces endroits merveilleux comme Montalcino ou Barolo.- ou la modeste commune de Busseto-Roncole, là où naquit l’immense Giuseppe Verdi.
    Il est donc temps de dire un beau merci à ce pays où se concentrent 53 sites inscrits au patrimoine mondial, dont 48 culturels et 5 naturels, ce qui en fait le pays le plus doté en sites du patrimoine mondial de l’humanité de l’UNESCO : plus de 50 % de tous les sites enregistrés à ce jour !. Dire aussi merci au co-propriétaire de cet Hôtel unique, Monsieur Giuseppe Fontana qui a la joyeuse faiblesse d’être un amateur passionné par le Grand Vin. Son fils Alberto participe assidument aux sessions de dégustation depuis plusieurs années avec son épouse Gemma : l’avenir « vin » de Villa d’Este est assuré !! ☺

    Merci à l’Italie, merci à Villa d’Este et tout son personnel !!

    Enfin, pour cet anniversaire, nous nous devons d’honorer nos 5 Parrains :

    Tenuta Angelo Gaja
    Weingut Egon Müller
    Vega Sicilia
    Château Ausone
    Domaine de la Romanée-Conti

    Voilà 5 propriétés de référence incontestée en Europe lesquelles, en 2008, – année de la crise Lehmann Brothers : ne l’oublions pas – , ont accepté de signer ensemble une lettre qui soutenait de façon magistrale notre projet du Villa d’Este Wine Symposium.

    Chacun sait à quel point, à cette époque comme de nos jours, recevoir un tel soutien, et pour un projet qui n’était alors qu’un concept, ce fut une démarche exceptionnelle.

    Sans ce soutien, jamais nous n’aurions pu réussir ces dix éditions où l’amateur trouve un juste équilibre entre des séminaires d’actualité, des dégustations salle Impero comme ces exceptionnelles dégustations de prestige où les vins viennent directement des propriétés où ils n’ont jamais bougé, une cuisine italienissime de haut niveau et enfin des moments musicaux qui sont une ouverture nécessaire vers d’autres formes d’art.

    Le Wine Symposium n’est pas un rendez vous de business comme Vinexpo, Prowein ou Vinitaly. C’est devenu un peu un Club d’échanges et en 3 jours, chacun a le temps de nouer de nouveaux contacts internationaux. De nos jours, ce n’est pas rien ! C’est même unique eu égard à l’endroit, à cet Hôtel historique qui nous reçoit si bien.

    Non : nous n’allons point remettre à nos 5 Parrains une statuette dorée comme pour les Oscars, ni même une plaque commémorative. Chacun va recevoir des mains de George Ramishvili une authentique antiquité âgée de plusieurs milliers d’années et mise à jour en Géorgie, la première région où le vin a été un des constituants de sa civilisation.

    Ce sont là des témoignages émouvants d’hommes qui ont façonné de leurs propres mains ces objets destinés au VIN. Gageons que nos 5 Parrains sauront donner une place de choix à ces objets rarissimes que nous offre la Géorgie, signe majeur, s’il en est besoin, de cette communauté du Grand Vin qu’il faut développer en Europe étendue.

    Merci RAMISHVILI George de monter sur le podium pour remettre ces pièces uniques à nos 5 Parrains.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑