Ouverture d’esprit en musique, transférable au monde du vin ?

Qu’il me soit permis de citer dans un article de Classica © de novembre, cette historiette citant Friedrich Gulda, un pianiste de référence.

« On me demande mon programme de concert une année à l’avance, alors que je ne sais même pas si je serai encore en vie ».

Et si on change un morceau, les gens disent : aucun respect pour le public. Basta ! Un jour, Gulda est arrivé sur scène à Vienne. Il a dit : « Contrairement à ce qui est écrit sur votre programme, je ne vais pas jouer Mozart mais Stockhausen. » Il y a eu des remous dans la salle. Il a ajouté : « Ceux qui veulent partir peuvent le faire. » Beaucoup de personnes sont sorties furieuses. Et puis, devant la salle clairsemée, Gulda a repris la parole : « Maintenant que tous les imbéciles sont partis, je vais vous jouer Mozart. »

J’dis ça, j’dis rien : mais je laisse chacun remplacer Mozart et Stockhausen par une dégustation de vins. Mettons Latour chez Mozart et Burgaud chez Stockhausen (qui reste, vous l’avez compris, un compositeur ayant pignon sur rue).

A Villa d’Este, j’ose espérer que si j’annonce brutalement que finalement ce ne sera pas Khatia Buniatishvili qui jouera le Fazioli vendredi soir mais que ce sera notre ami Maurizio Baglini, personne ne sortira de la salle Colonne !

On a compris : les malfaisants dans le monde du vin sont ceux qui ne jurent que par les étiquettes ! L’esprit d’ouverture est essentiel et j’espère que lors de notre événement à Villa d’Este, les participants auront le même respect pour les vins géorgiens – qu’on aura le droit de critiquer, bien sûr – que pour les Romanée St-Vivant ou San Leonardo ou Cayas qui seront servis, entre autres, au dîner du samedi soir.

IMAGE DU BILLET

On ne se refait pas ! Sempé et Voutch : deux grands noms de l’humour !

049-cj-l.jpg

Un commentaire

  1. On a quand même, en musique, de belles histoires de Premiers Rôles joués par des sommités de l’art lyrique qui ont dû, à la dernière minute, pour raisons variées, laisser la place à une doublure ! Laquelle, souvent a littéralement éclaté le rôle et est devenue, du jour au lendemain, une diva que chacun voulait sur sa scène ! Gageons que là, peu de gens sont sortis de la salle 🙂
    Au foot, c’est plus délicat : il y a tellement de passion chez les fondus du ballon rond !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s