La colline de Corton : sauvons son bois !

Là haut, là où les grands crus de Corton tutoient la forêt, le Figaro revient sur la volonté du propriétaire de ce bois, de le vendre à des investisseurs ayant quelque projet ± fumeux de construction… ce qui entraînerait une destruction partielle ou totale de cette forêt dont le rôle climatique est simplement essentiel pour les vignes de cette colline.

Cela rappelle le combat pour la fameuse autoroute qui devait couper le Montrachet.

Balayons l’idée saugrenue que cela pourrait servir économiquement à étendre le vignoble bourguignon. On frise l’ineptie tant le volume éventuel de bouteilles que cela pourrait générer est financièrement bien plus désastreux que l’influence négative que cela aurait sur les Corton Grands Crus, blancs et rouges.

Bien : on est d’accord sur ce point. Reste donc à trouver une formule permettant au vendeur de recevoir la somme de 1,5 M d’euros qu’il envisage via un autre projet figeant tout simplement cette colline avec son bois d’une si belle amplitude. Il y a comme ça, des collines sacrées en France. Take it or leave it !

Je vous vois venir : il suffit de demander aux domaines les plus riches, aux grandes familles locales de s’associer en une sorte de Fondation pour que rien ne bouge. Chacun peut citer sans problème dix grands noms de vignerons et négociants pour lesquels, € 150.000,00, c’est pas grand chose sur leur bénéfice net annuel.

Mais voyons mieux et plus loin : associer à cette Fondation de riches ou moins riches amateurs. Chiche qu’on peut trouver facilement dans le monde 100 personnes qui seraient heureuses de participer à hauteur de € 1.500,00 pour l’achat d’un dixième de cette Fondation. Et qu’il me soit permis d’envisager un autre dixième qui serait acquis par 10 amateurs mettant chacun € 15.000 dans cette Fondation. Et ces gens là savent, via leurs comptables, que fiscalement cela pourrait bénéficier d’une dé-taxation particulière.

L’originalité d’une telle structure entre vignerons et négociants locaux et grands amateurs serait une preuve éloquente du lien exceptionnel existant entre ces Maisons bourguignonnes et ces passionnés qu’on trouve aussi bien en Corée, en Amérique et naturellement en Europe.

Et pourquoi cela ne serait point une initiative du Figaro ? La Famille Dassault, propriétaire de ce journal et accessoirement de propriétés viticoles en bordelais a quelques réseaux à côté duquel le mien est « roupie de sansonnet » 🙂

Inutile d’ameuter l’UNESCO ou je ne sais quelle organisation internationale ! On se doit localement de régler subito-presto cette affaire de « petits » gros sous et d’y associer des amateurs qui se feront un plaisir à participer à une telle action de sauvegarde.

IMG_8338.jpg© Article du Figaro du 13/14 octobre 2018

http://premium.lefigaro.fr/lifestyle/2018/10/12/30001-20181012ARTFIG00260-en-bourgogne-les-vignerons-se-mobilisent-pour-preserver-la-colline-de-corton.php

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s