La sagesse des anciens : rien de plus actuel !

Voilà une simple « Quatrième de couverture » (comme on dit dans l’édition) laquelle à elle seule vaut plus que tous les billets que j’ai pu écrire sur ce blog.

Il s’agit donc d’un livre d’un auteur romain du Premier Siècle, Lucius Iunius Moderatus Columella, qui a été réimprimé par un éditeur dont je ne trouve pas l’adresse (Traité). Ce sera mon devoir de vacances et donc je dois dire un grand merci à mes amis canadiens qui m’ont gentiment envoyé cet opus romain. 🙂

Billet donc hyper court mais qui vaut son pesant de cacahuètes : une leçon de modestie pour tant de scrivaillons qui croient réinventer la roue des conseils à donner à la viticulture alors même que là, au Premier Siècle, tout est déjà écrit et dans les détails !

452 pages et voici l’ISBN pour les zeus qui veulent en savoir plus !

ISBN 9781718779228

Columelle 2.jpg

Tout est dit ! Sûr que mes amis vignerons comme Eric Rousseau, Jean-Michel Guillon, Raphaël Coche-Dury, Alain Vauthier, Pierre Lurton, Dönnhoff, Wassmer, Trimbach, Gaja, Antinori, Knoll et tant d’autres qui ont toujours respecté les mémoires des anciens auront plaisir à acquérir cette somme datant du début de notre ère occidentale.

Disponible (si, si !) sur AMAZON ! Probablement aussi à l’Athenaeum de Beaune.

https://www.athenaeum.com/

Bon été à tous !

520px-Columella.JPGhttps://fr.wikipedia.org/wiki/Columelle

Passionnant cet homme ! Allez lire son histoire sur Wikipedia !

5 commentaires

  1. HORS SUJET : AFFAIRE BENALLA

    Hypothèse qui ne se présentera pas :

    a : en faisant son mea culpa, Macron démissionne et se représente

    b : les candidats possibles en face : Mélanchon, Le Pen, Wauquiez

    c : qui sortira ?

    La belle question pour le futur : la façon dont les médias traitent le sujet. Ce sera un cas d’école.

    J'aime

  2. Sortie de Grosse Bertha

    Partons du principe qu’ayant peu de lecteurs en Papouasie ou au Ruanda qui suivent avec circonspection la petite tempête d’un verre d’eau difficilement alimentée par quelques Présidents de partis politiques n’ayant plus la mémoire de leurs propres faits lorsqu’ils étaient au gouvernement, il est donc superfétatoire de faire un papier complet sur ces errements politiques qui alimentent un Parlement, des radios et journaux cherchant des lecteurs en cette saison estivale.

    Donc, ce commentaire fait suite à mon dernier billet.

    Oui, j’ai besoin de Grosse Bertha pour aligner le sieur Guillaume Larrivé. Voilà un homme de droite, bardé de diplômes de grandes écoles (Sciences Po, ENA) qui joue les procureurs sans en avoir l’habit.

    Résumons ses particularités assez navrantes pour un Député, et on se demande bien comment il a pu être élu.

    – d’abord, il est simplement incapable de bien formuler une question. C’est emberlificoté comme pas possible.
    – il se croit ensuite dépositaire d’une autorité particulière comme co-machin chose (rapporteur ?) et croit dur comme fer que chacune de ses questions va assassiner le coupable.
    – mais surtout – et c’est totalement insupportable – il ne sait pas parler devant un micro Sennheiser alors qu’aussi bien le Ministre que le Préfet savent eux qu’il faut garder une distance d’environ 10 centimètres entre la bouche et le micro. Hallucinant que personne ne lui en ait fait discrètement la remarque.

    Allons au delà : chaque français un peu sensé a bien compris que le sieur Benalla avait pété un plomb et surtout que bardé de la confiance et d’une certaine amitié du Président, il pouvait jouer les gros bras, bénéficier de certains avantages et certains passe-droits, faire peur à quelques supérieurs ou subalternes, bref : jouer les cadors. Finalement que des choses banales qui existent aussi dans le monde des grandes sociétés.

    En aucun cas il n’y a une quelconque conspiration, une machination élyséenne ou je ne sais quoi d’organisme parallèle. Chacun a connu comme cela des chouchous aux gros bras, profitant d’un rang particulier ou d’une indulgence coupable.

    Il n’y avait donc pas matière à tout ce remue-ménage qui va quand même coûter bonbon, alors même qu’il y a en France des questions bien plus importantes à régler.

    Comme écrit plus haut, hypothèse :

    a : Macron démissionne pour retrouver une confiance des électeurs soit disant perdue
    b : se présentent contre lui Mélanchon, Le Pen, Wauquiez, Hollande, et autres
    c : on fait les paris sur qui passe avec encore 60 % des voix au deuxième tour ?

    Votre réponse montre à quel point la sagesse d’un peuple peut être supérieure à celle d’aigris ayant perdu leurs jouets.

    Chacun aura compris : l’opposition, dans cette histoire qui n’en est pas une, a pété les plombs bien plus que le jeune Benalla. Et je ne parle pas des médias, Cdanslair compris tant ils ont suivi la médiocrité ambiante : je dirai trop de gros mots.

    J'aime

  3. Avis aux vidéastes : on recherche activement la vidéo où l’on voit Benalla uriner contre un mur citoyen, acte délictueux s’il en est.
    En revanche tout témoignage sur ce qu’il aurait fait éventuellement de bien ici ou là devra rester dans un anonymat complet.

    LES MEDIAS

    J'aime

  4. Pour une sorte de première conclusion sur cette « affaire » de l’été 2018 :
    « Quand sur dix opinions une seule diverge des neuf autres, j’aurai tendance à donner mon attention à cette dixième opinion ».
    Je ne sais plus quel est l’auteur de cette vue des choses, et probablement bien mieux écrite que ci-dessus, mais l' »affaire » de cet été est un exemple criant de ce « moutonnage » inquiétant.
    Voilà donc ce que j’ai mis sur un blog de commentaires :

    Tout individu ayant une intelligence équilibrée aura compris que fondamentalement, on a là un cas assez commun : un homme arrivant à un pouvoir a récompensé un autre homme lequel, pris dans les ors de la République, s’est permis des choses qu’il n’aurait pas dû commettre et pour lesquelles il devait avoir un certain sentiment d’impunité.
    Par ailleurs, l’homme du pouvoir, le Président, n’a pas eu à son égard les exigences qu’il a eu pour d’autres, lui accordant une sorte de droit à rester un électron libre.
    Pas de quoi fouetter un chat.
    Il n’y a pas eu mort d’homme, détournement de fonds ou autres turpitudes dont furent particulièrement familiers les opposants qui ont fait monter la sauce à l’aide et avec le soutien actif de médias qui n’ont eu, dans cette affaire, que des intervenants à charge et jamais à décharge.
    Exemples plus que parfait dans les deux émissions quotidiennes de Cdanslair et sur LCI le soir.
    La lâcheté de ces journalistes vitupérant dans le sens du vent est évidente : aucun ne va jusqu’au bout de son raisonnement car si on a une « Affaire d’Etat », cela doit impliquer, dans nos nouveaux temps de transparence, une démission du Président.
    Qui a osé la demander ? Personne. Et pour deux raisons :
    a : muni d’un minimum d’intelligence, ces médias savent parfaitement qu’ils ont poussé le bouchon bien trop loin et seraient ridicules avec une demande de démission.
    b : ces médias savent également qu’une telle requête entraînerait une réélection, coûteuse, avec une chance remarquable que Macron repasse au deuxième tour face aux incompétents notoires que sont les Mélanchon, les Wauquiez, les Le Pen et autres Hamond ou Hollande.
    Ce qui est réellement inquiétant dans toute cette histoire :
    – cette unanimité des médias à aller dans le même sens, dans l’exagération, dans le sordide de l’argumentaire alors même que le travail du journalisme est quand même de présenter le pour et le contre.
    Il a manqué des Goldnagel et Brunet dans cette « affaire » !
    – ce retard de réaction à l’allumage de la part de l’Elysée probablement un peu tétanisé par un Président absent et qui a cru devoir marcher sur des oeufs. Va falloir revoir tout cela.
    – enfin, il n’est pas exclu qu’il y a eu quelques anonymats d’institutions officielles souhaitant écarter un « chouchou » qui commençait à les leur « briser menu » (© Audiard-Ventura).
    Bref : on a eu là un exemple frappant des dérives de la nature humaine vers le médiocre, la lâcheté, le suivi populaire.
    Qui sera le Voltaire qui nous dira tout ça avec lucidité ?

    Soyons clair : texte essentiellement pour ma pomme à la destination d’éventuelles générations futures.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s