Des joyaux inattendus… et une nouveauté technique à suivre…et les 10 vins qui ont marqué la vie d’Antonio Galloni

Juste un billet court pour dire aux amateurs intempestifs que lorsqu’on trouve une vieille bouteille dont le niveau est sensiblement bas, on n’est point obligé de penser immédiatement à son évier régamien et qu’elle peut encore vous offrir des émotions absolument réelles qui vont vous laisser sans voix.

Voilà 3 vins d’un Domaine bourguignon, découverts dans un restaurant luxembourgeois, à des prix très, très éloignés des 4 chiffres, et que nous avons pu apprécier en faisant venir dare-dare notre ami Abi Duhr pour une petite communion avec le patron de l’endroit.

Bref : encore une fois – et nous avions connu le même phénomène avec un La Tâche quasi à mi hauteur ! – ne pas se précipiter, ouvrir calmement la bouteille avec un bi-lame, et toujours avoir un mot, une pensée pour le vigneron qui a créé ce vin alors même qu’il ne savait rien des gros mots actuels, type osmose inverse 🙂

Merci à ce restaurateur qui accepté de me vendre 3 de ses crus destinés à des amis allemands sachant que sa carte spéciale de vieux millésimes est en train de se réduire en peau de chagrin. On a donc bu sur place le 1961 Romanée-St-Vivant dont le niveau était bien le plus bas.

Du tout beau ! Et chapeau pour le riesling « 15HL/HA » d’Abi Duhr lequel, décidément, mérite très largement d’être plus connu pour toute sa gamme !

IMG_6627

RSV 1961 Clavelier.jpg

Impressionnant le différentiel entre la couleur brune du vin et sa dégustation si loin des caractéristiques des vins vieux, style sous-bois mouillé et champignonné. Une tenue exceptionnelle et l’essentiel était là, bien présent.

Un grand merci au Domaine Clavelier en espérant que ce qu’ils font actuellement sera au niveau de ces « anciens » 🙂

NOUVEAUTÉ TECHNIQUE

Je lis sur le site Squires cette information :

« Thermal ink on label–tells you what temperature is right to drink it!

 

From João Cabral de Almeida, one of the young Vinho Verde producers with serious talent (he also is at Calçada), these labels at his new operation (he owned CLIP in the past) have an unusual twist…when the wine reaches the right drinking temperature, the Chameleon on the label turns blue instead of green. It is printed with thermal ink.

It is green here! The brownish color at the moment was due to lighting and my filter! That’ll teach me. I’m abandoning creativity forever. If you’ve been following along Vinho Verde, he was one of the « Young Guns, » featured in my article of about 2 years back.
https://www.robertparker.com/articles/CfYsFRqPHsBNdn5JX

et voici la photo de ce sytème :
fetch.jpg
Bon : faudra savoir si ce système s’adapte en permanence à la température du lieu !
Merci à Mark pour cette information !
NEWS DU JOUR
Sur son blog, Antonio Galloni écrit avec beaucoup d’humilité et de réelle émotion son cheminement vers les grands vins qui ont marqué sa vie.
Comme ce site est payant, je mets ci-dessous à tout le moins la liste de ces 10 vins :

2002 Dom Pérignon

2006 Fèlsina Chianti Classico Riserva Rancia

1982 Bartolo Mascarello Barolo

1998 Bruno Giacosa Barolo Le Rocche del Falletto 

2015 Tyler Chardonnay (Santa Barbara) 

2010 Kapcsándy Family Winery Cabernet Sauvignon Grand Vin

2010 Ridge Monte Bello

1982 Latour

1993 Rousseau Chambertin-Clos de Bèze

1990 Trimbach Riesling Clos Ste. Hune

Ce que je retiens de ce long papier sous sa signature et sous le paragraphe du Rousseau :
« I will add that conventional wisdom dictates that the presumably more elegant Burgundy be tasted before the bigger Bordeaux, because, as that line of thinking goes, bigger wines are supposed to overwhelm more elegant wines. I think that is all a bunch of nonsense, and so I intentionally served the Rousseau after the Latour. Thankfully, that decision is more than vindicated by how the wines show. »
Voilà une opinion à laquelle j’ajoute ma totale adhésion : quand on sert un grand Bourgogne, toujours le servir en finale des rouges, quelque soit le chef d’oeuvre bordelais ou californien servi auparavant ! Brovo pour cette affirmation majeure !

10 commentaires

  1. Effectivement, je me suis permis de contacter le Domaine Clavelier pour savoir s’il s’agit de crus du Domaine ou, comme vous le suggérez, des vins de négoce. Si c’est le cas, raison de plus de féliciter ce que faisait le Négoce dans les années pompidoliennes ! 🙂
    Sur des étiquettes, on peut lire « négociant » et d’autres « négociants-éleveurs ». Voilà des subtilités méritant des clarifications. J’attends donc une réponse du Domaine qui devrait me dire s’il a une activité de négociant encore de nos jours et la différence avec « négociant-éleveurs ».
    « On ne juge pas un vin sur l’idéologie qu’il représente, mais sur ce qu’il offre comme émotions dans le verre » : sage parole, hier soir, d’Ernie Loosen en verve pour défendre la pureté des rieslings mosellans.

    J'aime

  2. le négociant est à Comblanchien et l’excellent domaine est à Vosne Romanée, tenu par un grand viticulteur rugbyman de surcroit, avec de superbes crus dont un Chambolle combe d’Orveaux de haute volée qui aurait du être classé dans le Musigny à l’époque du classement…

    J'aime

  3. Non je ne crois pas …en tous les cas pas de lien professionnel;après un lien de parenté familial je ne sais pas..
    Bruno Clavelier est un des champions de la biodynamie.
    J’adore ses vins si complets.

    J'aime

  4. Bon : je les ai contactés et j’aurai vite une réponse … à l’instar du petit personnel des premiers crus classés bordelais du médoc qui est plus royaliste que le roi et juge, avec une intelligence réduite, que répondre à un plébéien est indigne d’un rang dont on ne souvient pas assez de quelle façon il fut acquis. C’est fou comme la médiocrité envahit si vite les grands noms du bordelais.

    J'aime

  5. Bon : je me permets de mettre ci-dessous la réponse complète reçue de la Maison de Négoce Clavelier. Je me permets d’insister sur un point : sue ce blog, nous avons souvent défendu les qualités des Maisons de Négoce bourguignonnes lesquelles, trop souvent, ont été ± dénigrées. Inutile de re-citer les plus grands noms qui produisent depuis des décennies des vins de haute tenue : Bouchard Père et Fils, Faiveley, Jadot, Drouhin et quelques autres.
    On notera également cette tendance de jeunes producteurs, comme Duband, qui montent leurs propres maisons de négoce ayant ainsi les moyens de diversifier leurs activités de vente. C’est un point qui peut et qui sera discuté :mais il est réel.
    Voici donc la réponse obtenue :

    Bonjour,
    Je viens de me pencher sur votre blog et me permets d’éclaircir les questions que vos interlocuteurs se posent.

    Tout d’abord je vous remercie d’avoir défendu le métier de ce qu’on appelait auparavant « négociant » puis « négociant éleveur »voir « négociant éleveur vinificateur » . En effet au début du 20éme siècle, la Bourgogne souffrait beaucoup et était très peu connu à l’export .Alors quelques bourguignons ont alors décidé d’acheter des raisins en vue de vinifications et de changer les choses .Sont nées à cette période les grandes Maisons qu’on appelle péjorativement les « Négoces » qui ont été les locomotives de la Bourgogne. Ces même maisons possèdent à l’heure actuelle de très beaux domaines .
    Depuis , il faut noter qu’en Bourgogne de nombreux domaines et pas des moindres ont pris ce statut de « négociant » , seul statut leur permettant d’acheter des raisins aux autres domaines et élargir leur gamme.

    Pour ce qui est de la maison Clavelier elle a été créé en 1935 par le grand père de Bruno Clavelier , Antoine Clavelier, assisté par ses trois fils dont le père de ce dernier. A cette époque, la maison ne possédait pas de vignes .

    Mon mari ( issu d’une famille de Bourguignons alors propriétaire d’un domaine de 18 ha et d’une Maison de Vins née en 1870 à Nuits St Georges) et moi-même avons repris cette maison en 2001 ( Gérard Clavelier est resté à notre côtés jusqu’en 2005) . Nous avons actuellement un domaine sur les appellations Bourgogne Hautes Côtes de Nuits Blanc et rouge, Bourgogne Pinot Noir, Fixin et Nuits St Georges.

    J’espère ainsi avoir répondu à vos interrogations ,

    Bien cordialement,

    Isabelle Thomas

    Bourgogne Clavelier
    49 route de Beaune
    21700 Comblanchien
    tel: 33(0)380 629 411
    fax: 33(0)380 629 520
    mob 33 (0)618 65 0435
    http://www.clavelier.fr

    J'aime

  6. Bonjour.
    Merci pour votre blog que je consulte depuis quelques années maintenant
    Puis-je vous demander quel est ce restaurant luxembourgeois avec cette riche cave?
    Cordialement
    Thomas

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s