Club Park Hyatt avec Vernay et Poggio di Sotto. Puis L’Atelier des lumières et le Père Lachaise.

C’est toujours délicat d’organiser une telle soirée alors même que vous avez mille motifs d’annuler, telle une grève SNCF + Air France.

Mais bon : nos fidèles sont de vrais fidèles et les crus proposés à cette dégustation agrémentée des mets du Chef Rouquette * : cela en valait la peine !

Ruinart bien place pour l’arrivée des inscrits et Christine Vernay-Amsellem toute pimpante comme d’habitude – c’est dans sa nature de passionnée par le Condrieu – n’attendait qu’un signe pour nous dire cette histoire très singulière de ce cépage blanc remonté à bout de bras par son Père dans les années 50 à 80.

Si vous faites la moue devant ce blanc qui a donné effectivement trop souvent des vins clivants, vous reverrez fissa votre point de vue après avoir tasté le Coteau du Vernon 2008. Une pureté et une finale de toute belle tension « à la Jacques Perrin ». Et à entendre les remarques d’un Lepousez, Pierre Vila Palleja ou d’un Oliv Didondes pas tristes redoutables dans leurs critiques – on avait là un des grands blancs de France. Il fallait le dire, l’écrire.

Quant aux Brunello di Montalcino de la Famille Tipa-Bertarelli, nous en avons déjà parlé : ce sont clairement des crus où l’on privilégie par dessus tout la finesse et le fruit. C’est du tout beau, du grand, de l’enthousiasmant. Ce que j’appelle des beautés totales. Et la nouvelle propriété acquise il y a peu, San Giorgio Ugolforte, est d’un RQP difficile à trouver, à ce niveau de qualité, dans cette DOCG mythique, n° 1 en Italie.

Étant ainsi parisien pour quelques jours, quelques visites de circonstances comme, dans le même quartier,  l’Atelier des Lumières et le cimetière du Père Lachaise.

DSCF0244

L’exposition Gustav Klimt dont parle Le Point de cette semaine (page 81) mérite franchement le voyage. L’endroit est magique, et cette fusion entre vidéo totale, murs et plancher avec l’ouverture de Tannhäuser de Richard Wagner ne peut que surprendre le visiteur. Beaucoup d’enfants, courant sur les vidéos projetées au sol, admirant bouche ouverte les toiles du Maître, tous ces mouvements entre spectateurs et vidéos, tout cela traduit une approche artistique d’un dynamisme fabuleux ! Ne faites pas la fine gueule, même si vous fréquentez régulièrement le palais Belvédère à Vienne !

Et comme un peu de marche – ça monte un max – fera du bien à vos gambettes bien chaussées, investissez le cimetière du Père Lachaise. Musicien dans l’âme, vous ne manquerez point Chopin, Bellini, Cherubini quand bien même la ville de Catania en Sicile a récupéré le corps du créateur de la Norma et des Puritani.

Sur 43 hectares, des milliers de tombes d’inconnus, en concession perpétuelle, cela donne dans cette belle journée de printemps, des vues… qui appellent un grand photographe, style ABM, amateur du noir et blanc.

IMG_6414.jpgChopin et ci-dessous Bellini

IMG_6411.jpg

Le monde des disparus n’est qu’une belle raison de justifier la vie – si besoin est – avec, en finale de ce séjour parisien, un déjeuner au Petit Sommelier où l’on commence à se sentir un peu chez soi. On ne dira jamais assez à quel point le service de grands vins au verre est un moyen efficace de découvrir des crus inconnus au bataillon. Ce jour là, ce fut donc un superbe rouge de Corse, fruité en diable, loin des poncifs trop faciles sur ces vins du sud qui seraient lourds de lourds. Scotché devant cette découverte que vous devez noter sur vos tablettes des urgences en la matière ! Une joyeuseté festive !

IMG_6436.jpg

IMG_6437.jpg

Promis juré : si je repasse sur cette île qui risque de rester française – va savoir, Charles ! – j’irai saluer cette famille Abbatucci qui m’a donné un moment de grand plaisir au Petit Sommelier… dont le Tartare double face est simplement une référence en la matière !

QUID DU MOIS

Comme ma pomme, vous devriez recevoir régulièrement des mails interrogatifs développant une certaine intelligence. Voici le dernier reçu dans ma mailbox :

Voilà.jpg

TEXTE JOINT :

Si vous voyez la fille assise et le garçon qui entoure son cou, alors vous êtes cerveau gauche.
Regardez encore 
Car, en réalité, c’est tout le contraire.
Alors faites travailler votre cerveau droit et vous verrez que c’est le garçon qui est assis et porte un polo noir. La fille entoure le cou du garçon et porte un jean bleu !
Pas convaincu : qui c’est qui a du poil aux bras et aux pattes ?
Assez spécial, n’ est-ce pas !
Nous possédons tous deux hémisphères cérébraux qui interagissent constamment mais qui présentent chacun des fonctions spécifiques.

L’hémisphère gauche décompose les problèmes et analyse.

L’hémisphère droit s’intéresse au tout et innove.

L’idéal est de favoriser la communication entre ces deux cerveaux. Mais notre éducation, ou notre tempérament, nous conduit parfois à privilégier l’une de ces deux zones. 

Cette prédominance déterminera différentes manières de penser la vie ….

  Regardez bien !  c’est vraiment surprenant… 

On applique cela aux impressions données par un vin ?

 

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s