Un hommage amplement mérité au Domaine Weinbach de la Famille Faller

Les amateurs des grands vins d’Alsace savent parfaitement que le Domaine Weinbach est avec les Maisons Trimbach et Zind-Humbrecht une des références incontournables ès rieslings de type France (par opposition aux rieslings allemands bien différents).

Certes, cette si belle région des vignobles français – en fait, et de loin, la plus romantique – a bien d’autres Domaines dont les crus méritent bien des éloges. Tant mieux ! On efface ainsi la terrible image des vins d’Alsace ayant inondé les bars des bistrots de la région parisienne après guerre avec des caractéristiques faisant la promotion des maux de tête et de l’aspirine !

Cet « Inédit » du Grand Cru Schlossberg 2002 est simplement une oeuvre d’art. Un sommet. Si ce Domaine laisse plus le champ libre à la richesse du vin par rapport à la retenue que peut avoir un Clos Sainte Hune, on n’est pas dans l’excès, loin de là ! Que Madame Colette Faller et sa fille Laurence qui sont désormais auprès du Très Haut sachent à quel point elles ont su offrir aux amateurs des crus d’anthologie, que ce soit en riesling ou en gewurztraminer. On n’oublie jamais comment on est reçu dans cette propriété où Monsieur Faller a eu le droit, rarissime, d’être enterré dans son Clos des Capucins. Ici, le temps se déroule plus lentement. Je sais, Etienne Klein va me morigéner mais gageons qu’après lui avoir fait dégusté un tel cru, il comprendra cette distorsion spatio-temporelle ! 🙂

Déjà dégusté il y a quelque temps au Château de Gilly en Bourgogne, cette bouteille « Inédit » qui a quand même 15 ans d’âge avait tout en superlatif. Classe naturelle, volupté aristocratique, expression totale du cépage riesling qui est sans contestation possible le cépage ne souffrant aucune médiocrité ou d’à peu près. Certes, tous les crus du Domaine ou d’autres millésimes ne sont pas à ce niveau de qualité, mais quand on « tombe » sur une telle bouteille, on se doit d’être un peu comme Alexandre Dumas devant le Montrachet qui disait de ce vin  : « il devrait être bu à genoux et tête découverte ».

Étonnant comme ce millésime 2002 nous apporte tant de surprises à commencer par la cuvée Cristal de Roederer et le Dom Pérignon ! Si cela était nécessaire, encore une preuve évidente qu’il faut savoir attendre 10 ans minimum pour tous les grands vins qu’ils soient français, italiens, allemands ou autres !

Le Domaine ne m’en voudra point d’évoquer ici d’autres grands noms ayant vinifié des beautés totales. Je me permets de citer ainsi un extrait de la revue Magnum que nous approuvons à 200 % :En Magnum Avril 2016

Bon : on va encore me dire que je n’ai aucune objectivité à encenser ainsi, urbi et orbi, ce cépage riesling qui est quand même plus fascinant, surtout par sa fraîcheur en fin de bouche, que bien des chardonnays ou sauvignons même de noble origine. C’est vrai, je l’avoue… mais c’est le résultat de 3 ans de faculté à Strasbourg où les soirées se déroulaient avec quelques pichets abordables au « Hailich Graab » (le Saint Sépulcre) une Winstub exemplaire du temps des grandes heures (http://www.saintsepulcre.fr/).

Avec l’âge, on a le droit d’être excessif. Merci de votre approbation. Donc oui, aussi bien le Pinot Noir qui reste en rouge le graal recherché par tous les grands vignerons, aussi bien le riesling reste le cépage le plus capricieux de la planète et donc le seul, lorsqu’il est parfaitement éduqué et élevé, qui puisse offrir des émotions insensées.

Les participants du dernier VDEWS à Villa d’Este auront toujours en mémoire les fabuleux 8 millésimes présentés par Egon Müller dont les géants que sont les :

1975 Scharzhofberger Auslese Goldkapsel
1975 Scharzhofberger Auslese Eiswein
1976 Scharzhofberger Trockenbeerenauslese

Capture d'écran 2018-02-16 10.20.51.jpegLe Clos des Capucins à Kaysersberg

Prenez une sage décision : attendez les premiers rayons du printemps, réservez au Chambard à Kaysersberg (https://www.lechambard.fr/fr/) : table et spa de premier ordre; louez une solide bicyclette « duo » pour que votre compagne puisse fournir l’effort nécessaire à votre délicat déplacement horizontal; et tout cela vous permettra sans trop de remords de déguster tartes à l’oignon, jambonneau, et autres délicatesses des lieux !

Là, je vais me faire des copines comme dirait l’autre… 🙂

 

 

 

 

3 commentaires

  1. Les vins de Faller sont vraiment parmi les plus fabuleux de la région, mais je trouve que maintenant ils sont bus trop jeunes par les amateurs. Les rieslings de ce type demandent bien 7-8 ans pour s’ouvrir.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s