Vivino et autres sources d’informations sur le vin

S’il est facile de critiquer comme l’a fait récemment la RVF ce nouvel outil de communication qu’est VIVINO, il n’empêche que cette formule a réussi à s’implanter mondialement. Il suffit pour cela de lire les chiffres qu’on trouve sur leur site :

http://money.cnn.com/2017/08/01/smallbusiness/vivino-wine-app/index.html

Cet outil n’a pas la prétention de convaincre le petit monde des amateurs pointus qui restera lecteur des « professionnels » comme Galloni, Wineberserkers, Falstaff, Cellartrackers et autres institutions du genre comme en France B+D ou LPV.

C’est dit clairement :

« We really wanted to focus on the average, normal wine drinker, » said Zachariassen. « Just people that love wine but don’t necessarily want to make it a hobby. »

Voyons plutôt les évolutions possibles :

Tout d’abord, cet outil informatique va permettre à une multitude de consommateurs de disposer d’informations primaires sur plus de :

To date, Vivino users have scanned nearly 425 million labels and given 72 million ratings

Gageons que fatalement certains utilisateurs de VIVINO chercheront ailleurs des informations plus complètes à la fois sur les Domaines et sur les vins.

Bref : dénigrer cet outil, c’est vain de vain !

Certes, les esprits chagrins vont continuer à faire la moue comme ils l’ont fait quand Bordeaux a décidé d’alimenter la Grande Distribution (la fameuse GD) qui est devenue un débouché salvateur et qui a su améliorer très sensiblement la présentation et les informations sur les vins vendus lors des foires aux vins.

D’autres diront avec un dédain typiquement franchouillard que c’est du pur business avec un système mis en place pour promouvoir des ventes auprès de partenaires distributeurs. Allez tenir cet argument auprès des propriétés qui profitent de cet outil pour mieux se faire connaître et vendre !

Que peut-on souhaiter ?

D’abord, pour les sites européens, français, allemands, italiens, espagnols, proposer enfin une traduction en anglais et si possible en chinois. On ne peut plus, de nos jours, se contenter des marchés nationaux. Il faut avoir une ouverture vers le monde, tant l’internet permet à des coûts réduits, de se faire connaître mondialement.

Ensuite, garder un optimisme en considérant qu’il y a toujours de la place pour plusieurs niveaux d’informations. VIVINO n’est pas là pour détruire ce qui existe, mais aura très probablement une évolution intégrant d’autres sources spécifiques comme, par exemple, des sites régionaux tels Bourgogne Aujourd’hui et autres Falstaff ou Gambero Rosso.

Intégrons les changements plutôt que de les dénigrer ! Chacun constate à quel point FB prend une place de poids par rapport aux blogs ou forum. Ici, on est bien placé pour constater ce changement ! Pleurnicher n’apportera rien !

Qu’il me soit permis, en conclusion, de préciser que je ne suis pas actionnaire de VIVINO, à mon grand regret 🙂

Photo du titre : Yves Vatelot (Château Reignac) un propriétaire qui a bien compris le rôle essentiel d’une communication mondiale.

 

 

 

3 Comments

  1. Intéressant de constater que le Grand Jacques, dans son dernier n° du CAVE sur le Champagne a pratiquement fait traduire tous ses articles en anglais ! Phase suivante : mettre cette belle revue condensée et pleine d’informations niveau « supérieur » en vente à prix modique sur Amazon ou sur un site perso.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s