Une lecture intelligente : Sciences & Vie Spécial Vins

Les Foires aux Vins, une spécificité de la Grande Distribution (GD : Auchan, Leclerc, Carrefour, Lidl, Euromarché et autres moguls de la vente alimentaire) vont commencer.

S’y sont greffées avec le temps d’autres entités commerciales spécialisées dans la vente de vin comme Lavinia, Nicolas, Repaires de Bacchus sans oublier dorénavant certains sites de vente en ligne.

Les points plus ou moins forts de ces moments où le vin est partout :

  • des prix en accord avec le marché. Exemple avec Lidl qui n’a pratiquement aucune bouteille à plus de € 10 !
  • des « raretés » sur d’anciens millésimes
  • des étiquettes difficiles à trouver, ardemment recherchées lors des invitations préalables faites aux meilleurs clients

Chaque entête a son gourou conseil dont on sait très bien qu’il est avant tout une image pro nécessaire d’un point de vue marketing, sans vraiment avoir un fort pouvoir de décision sur les achats, tâche laissée aux acheteurs aguerris à qui on ne la fait pas.

C’est devenu un business majeur pour la presse, qu’elle soit professionnelle ou grand public. On imagine assez bien le travail effectué les mois auparavant, histoire de tout mettre en place, obtenir le max de pub et d’offrir aux lecteurs un outil lui permettant des choix en fonction de leurs budgets et préférences. Et qu’on ne vienne pas me dire, méchantes langues, que les vins acquis par la GD sont des cuvées  bof-bof auxquelles on ne porte point les soins élémentaires de température et lumière discrète. Tout cela est du passé dans les meilleures enseignes.

Bref : une introduction trop longue pour vous parler d’une revue assez enthousiasmante, qu’on soit débutant ou même papy ± expérimenté comme ma pomme.

Vous avez la couverture en titre de ce billet et elle est parfaitement explicite sur son contenu. Pour € 4,50, voilà de quoi apprendre beaucoup de choses : 100 questions et 100 réponses courtes, précises, facilement mémorisables. Un véritable travail d’orfèvre en matière de vulgarisation intelligente.

Bon : on aura toujours quelques acariâtres qui vont chipoter telle ou telle réponse, souligner des simplifications, évoquer des manques et autres nuances trop absentes à leurs yeux.

On ne vas pas vous lister les 100 questions mais la première : QUELS SONT LES MOTS DU VIGNERON ? et la dernière : VERS DES VINS DE SYNTHÈSE À BASE D’EAU ET DE CHIMIE ?. Le spectre de ces 100 questions couvre très largement tout ce qui touche le monde du vin. Les Tontons Flingueurs sont là, page 48 avec un sujet qui nous touche régulièrement : COMMENT L’HOMME EN EST-IL VENU À S’ENIVRER ? Pline l’ancien est appelé en support historique avec Noé ! Rien que ça !

Sciences & Vie n’a pas peur de poser des questions rigolotes, du style (question 38) : UNE CUILLÈRE DANS LE GOULOT PERMET-ELLE DE PRÉSERVER L’EFFERVESCENCE ?. Et de bien expliquer la différence entre les niveaux extra-brut, extra-dry, sec, demi-sec, doux. Les cépages majeurs sont décrits sous trois aspects : origine, goût, et dans quels vins on les trouve. Belle carte de France des cépages en page 33 : oui, oui : la Corse est présente 🙂

Je ne sais ce que va penser ou dire Gabriel Lepousez sur les circuits de notre cerveau sollicités par le goût (page 28 et 29) : on attend avec impatience son séminaire avec Axel Marchal au VDEWS où ils traiteront de l’éventuel changement de goût que vont – doivent ?  – générer les vins bio et associés. Remettre les compteurs à zéro ? Va savoir, Charles !

Les nouveaux amateurs vont pouvoir comprendre le sens des mots obligatoires ou facultatifs sur les étiquettes : page 60.

En fait, on peut bien dire de ce numéro spécial qu’il est une sorte d’encyclopédie de base qu’on gardera soigneusement sur sa table de lecture d’autant plus que la présentation, aérée, colorée, est véritablement enthousiasmante. A priori, je n’ai trouvé aucune question qui manquait à ce florilège et on a le droit d’espérer qu’un jour, un tel mensuel fera un numéro spécial sur les autres pays européens du vin, tant il est vrai que nous avons là, avec le vin, un signe de civilisation qui mériterait même d’être enseigné dans toutes les écoles de la République !

Plus que jamais il faut défendre cet extraordinaire diversité du vin et montrer aux jeunes générations qu’il y a des découvertes à faire hors des sentiers battus.

Je n’ai point trouver la liste des noms ayant rédigés ces articles, mais ils méritent d’être salués pour ces rédactions à la fois claires, précises et sans esprit sectaire. On est assez loin de points de vue partisans que n’arrivent pas à cacher trop de revues professionnelles.

Merci à Sciences & Vie pour ce travail remarquable !

 

 

1 Comment

  1. un beau blog. un plaisir de venir flâner sur vos pages. une belle découverte et un enchantement.N’hésitez pas à venir visiter mon blog (lien sur pseudo)
    au plaisir

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s