La vente plus que probable de Phélan-Ségur

Après la vente confirmée de Troplong-Mondot, on annonce dans Sud-Ouest la très probable vente du Château Phélan-Ségur appartenant à la Famille Gardinier… qui avait déjà vendu une parcelle de la propriété à Château Montrose, son voisin.

Venus de la Champagne où cette famille, gérée par trois frères particulièrement sympathiques, a gardé des liens historiques avec Les Crayères et avait même envisagé un rachat de vignobles champenois, les Gardinier avaient redonné à Phélan-Ségur une dimension de premier ordre, avec un Château faisant partie du top architectural de la Gironde vinicole.

Ce ne fut pas toujours facile, et on se souvient de l’année où Thierry Gardinier est sorti du système « négoce-primeurs »… pour vite le réintégrer eu égard à la puissance commerciale du Négoce quand bien même de plus en plus, les propriétés peuvent enfin disposer d’informations sur les grandes zones de livraison, autrefois données jalousement cachées par les négociants bordelais.

Il y eut ensuite les valses aller-retour autour de ces classements « bourgeois » pas vraiment folichons, Phélan-Ségur, comme Sociando-Mallet s’évaluant en-dehors de cette hiérarchie bien trop floue.

On sait à quel point l’intégration de nouveaux venus en Gironde par les Familles historiques n’est pas « allant de soi » : euphémisme majeur. Les Cathiard à Smith-Haut-Lafitte, comme les Gardinier ici à Phélan-Ségur, en savent quelque chose. Mais bon, tout cela reste discret, comme il se doit. Il a fallu se battre et à Saint-Estèphe, nos champenois ont réussi à s’imposer avec tact et force à la fois, comme acteurs majeurs de l’appellation.

Tous les amis de la Famille se souviendront toujours de ces soirées absolument uniques lors des primeurs, dans l’immense parc du Château, où on savait recevoir sans chichis. C’était, avec la réception internationale d’Olivier Bernard au Domaine de Chevalier, « la » soirée où on voulait être présent.

Laurent.jpg

Laurent Gardinier, le plus jeune des trois frères, et l’épouse de Thierry, le frère aîné.

Enfin, les Gardinier, maintenant propriétaires de la marque TAILLEVENT – et des restaurants parisiens sous ce nom – , ont manifestement en portefeuille de travail des extensions internationales et l’engagement de notre ami Antoine Petrus va probablement booster cette nouvelle dimension à leurs affaires dans le monde du luxe.

Ce qu’on peut lire entre les lignes sur de telles opérations c’est à la fois l’existence d’acheteurs sérieux voulant placer des capitaux en vignobles renommés, plus pour des plus-values à long terme que pour des rentabilités immédiates, et des Familles – comme les Halley à La Dauphine – ayant ou ayant eu d’autres activités plus rémunératrices où des opportunités nouvelles leur tendent les bras.

On l’a compris : les Gardinier ont l’étoffe des véritables entrepreneurs : ceux qui bougent avec leur temps, s’engagent dans de nouvelles aventures, n’envisagent le futur qu’internationalement. Ils laisseront à Phélan-Ségur des millésimes de haut niveau, avec des RQP de référence.

Saint-Estèphe et Bordeaux ont le droit, le devoir, de saluer avec honneur ce passage des Gardinier en terres girondines.

Maintenant, si jamais pour des raisons Y ou Y l’affaire ne se faisait pas, croyez bien que ce ne sera que partie remise.

Phélan 1.jpg

Une séance de dégustation au Château avec Véronique Dausse.

Photo du billet : le Château, vu du Parc.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s