Une belle soirée du Club Grands Crus du Park Hyatt Vendôme (Paris)

Le principe de ce Club est simplissime : faire venir un Vigneron non français qui fera découvrir ses vins et qui choisit le Producteur français – dans l’autre couleur – dont il souhaite connaître les crus. Et tout cela dans la limite des 40 membres du Club autour d’un menu convivial et informel du Chef Jean-François Rouquette (* Guide Rouge).

Donc, hier soir, deux grands domaines présents (photo du titre) :

  • en blanc 3 millésimes du Châteauneuf-du-Pape du Château de Beaucastel, présentés par Jean-Pierre Perrin : les millésimes 2014 et 2009 VV puis le 1986 VV
  • en rouge 3 millésimes Spätburgunder (pinot noir) de la Weingut Bernhard Huber, présentés par Julian Huber : Les  Grosse Gewächs (GG) Schlossberg « R » 2010, le Bienenberg 2010 et en finale le Spätburgunder « R » 2001

On va faire court : du tout grand dans les deux couleurs et …

… sans oublier d’évoquer un gamin de toute jeunesse : du Billecart-Salmon 2002 en magnum qui frisait les sommets de ce millésime où il y a pourtant une sacrée belle concurrence !

Hyatt-3.jpg

Avec le très vineux Cristal 2002, voilà, pour ce millésime d’anthologie, une autre expression pleine de finesse et de jeunesse d’une grande maison de Champagne.

Carafe « magnum » dessinée par Billecart-Salmon

On lira les notes d’Oliv sur le forum LPV (http://lapassionduvin.com/forum/degustations-eclectiques/42671-les-oenophiles-sybarites) et donc je ne vais donner ici que quelques mots qui me sont venus à l’esprit pour chacun des 3 millésimes;

Châteauneuf-du-Pape blanc du Château de Beaucastel

  • 2014 : stupéfiant de volupté et d’une certaine maturité avec un fumé « rieslingien » en finale.
  • 2009 : plus discret, plus complexe mais avec une élégance supérieure
  • 1986 : couleur or soutenue, immense sagesse traduisant un accomplissement harmonieux de tous les composants aromatiques.

Perrin.jpg

Cinq générations ont peaufiné ce nom prestigieux de Châteauneuf-du-Pape

Membre des Primium Familiae Vini (http://www.pfv.org/en/)

GG Spätburgunder Schlossberg et Bienenberg de la Weingut Bernhard Huber (Baden) :

  • 2010  : Bienenberrg : clairement un pinot noir sur la finesse, mais si on veut lui trouver une faiblesse – toute relative – une palette aromatique un peu monocorde
  • 2010 Schlossberg : la complexité arrive et toujours la finesse comme sous-tension du vin. Niveau émotion 1 sur notre échelle basique d’évaluation des vins
  • 2001 le « R » : là, enthousiasme total, émotion 3 sans aucune hésitation d’autant plus qu’on est clairement dans la finesse des Mugnier, Rousseau et autres pointures bourguignonnes de même style. D’ailleurs, un vin qui, au GJE, a tenu la dragée haute à plus d’un premier cru de la côte de nuits.

cotation fm.jpg

Un petit peu en prologue de notre projet inter-génération (voir les billets précédents), on avait une belle tablée de jeunes qui viennent régulièrement à ces soirées parisiennes. C’est un bonheur de faire partager ainsi aux nouvelles générations cette passion du Grand Vin et les explications qui nous furent données par Jean-Pierre Perrin et Julian Huber resteront dans les mémoires.

Hyatt-13.jpg

Il ne restait pas grand chose dans les verres : signe indiscuté de bonne santé 🙂

Hyatt-4.jpgLe DG de Billecart-Salmon : un pro du métier enthousiasmant !

Hyatt-12.jpgPhilippe Bourguignon et Julian Huber

Parmi les convives où le corps médical est particulièrement représenté, on avait aussi bien notre photographe attitré Armand Borland (ce sont ses photos), Antoine Petit (PDG INRIA tout content du nouveau gouvernement, comme bibi d’ailleurs) , Laurent Vialette et sa tablée habituelle, partenaire de ce Club Grands Crus et naturellement le DG de l’Hôtel, Claudio Ceccherelli qu’on avait connu, du temps des grandes heures, comme DG de la Villa d’Este.

Les habitués de ces soirées vont recevoir une carte de Membre leur offrant de multiples avantages dont celui de pouvoir apporter pour des dîners au Park Hyatt des bouteilles de leur cave, sans avoir à payer de droit de bouchon. Voilà une initiative qui devrait retenir l’attention de nos hôtes à ces agapes bien sympathiques !

Hyatt-5.jpg

Petit privilège qu’on apprécie tant : le chef (à droite) et sa brigade qui nous prépare sur place les mets de cette soirée.

Hyatt-19.jpg

Le menu de cette soirée

Prochaine réunion : le mercredi 13 septembre avec des crus de la Maison Simon Maye, en Valais (Helvétie). On aura du très grand là aussi !

Présentation par Raphaël Maye.

Un commentaire

  1. HORS SUJET, QUOIQUE…
    On a ce jour (18 mai) le supplément du Point avec les notes habituelles de Messieurs Dupont et Bompas. Si on aime le système permettant aux amateurs de noter des adresses où les prix sont garantis jusqu’à épuisement des stocks prévus pour, on reste particulièrement sceptique sur la curieuse sous-évaluation des Fronsac, de certains Pomerol comme La Conseillante et du manque de cotation sur trois Domaines bordelais de référence : Pavie (et autres crus de la Famille Perse) , Angelus en rive droite, Pape-Clément et La Tour Carnet, crus de Monsieur Magrez en rive gauche.
    Probablement à la fois la marque de propriétaires ayant un caractère bien trempé et de dégustateurs ayant l’honnêteté de ne pas juger leurs vins avec le peu d’affection qu’ils ont pour ces Hommes à poigne.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s