Grappillages 2017 – 1

Soufflot.jpg

Gastronomie

Un voyage à Chablis fut l’occasion de parcourir la très belle route pour Irancy afin de déjeuner, en bons chrétiens que nous sommes, dans une maison digne des crus du Jean-Marie (lire section suivante).

Le Soufflot (http://www.restaurant-irancy.fr/) est une Maison sérieuse où on pratique le même humour que celui d’Emmanuel Reynaud pouvant être mal résumé sous l’expression « pince-sans-rire ». On y côtoie aussi bien quelques robustes clients habituels dont le petit-marcel cache moyennement un beau coeur tatoué, fléché « à ma maman », que quelques solides bourgeois discrets aux amples chemises permettant des agapes sérieuses sans oublier de jeunes foodies parisiens, plutôt maigrichons, adeptes de réseaux sociaux où ils décriront avec délectation les saveurs complexes des mets du chef qu’ils picorent au bout de leur fourchette avec une gourmandise retenue.

Soyons nets : ce n’est pas là que vous trouverez des plats mijotés ou de grands classiques de la cuisine campagnarde. Le chef fréquente les maisons parisiennes à la mode dont on parle trop, où les saveurs multipliées affolent plus d’un vin ne trouvant pas un équilibre naturel à défaut d’une harmonie idoine. Oubliez donc l’idée d’un déjeuner avec pâté en croûte, boeuf bourguignon et tarte aux pommes.

Pas grave, car, si vous êtes sage, vous pourrez avoir droit à une deuxième lecture d’une gougère méritant, sans aucune hésitation, le titre de reine de cette pâte à choux se mariant en totale jouissance avec un cru chablisien de belle naissance ou un Coche-Dury d’une carte des vins stupéfiante, car à seulement 2 chiffres ! Si, si : vous pouvez télécharger la carte des vins sur le site indiqué ci-dessus !

Et bien sûr, profitez de ce passage à Irancy, d’une part pour faire un peu de marche à pied pour admirer les vieilles pierres de ces maisons discrètes et déguster au Soufflot le vin rouge AOC du village qui a eu des heures de gloire dans les années septante à Paris. Du fruit, de la fraîcheur, un vin « solution » ne posant aucun problème.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Irancy_(AOC)

Vin

Le prochain dîner, fin mars, de notre Club Grand Cru au Park Hyatt Vendôme à Paris sera l’occasion de présenter deux Domaines bien différents.

En blanc, ce sera Jean-Marie Raveneau qui présentera quelques uns de ses crus mythiques en AOC Chablis. Un voyage avec Philippe Bourguignon chez lui nous a permis de déguster plusieurs de ses crus. S’il m’est difficile, sinon impossible, d’estimer le potentiel d’évolution d’un vin jeune, ce qu’il nous fit déguster en millésimes anciens a été une leçon de choses. Simplement splendide, avec chaque cru gardant un caractère personnel démontrant, comme à la DRC, à quel point les terroirs et leurs expositions diverses, jouent un rôle majeur, probablement plus, dans ce cas précis, que le travail en cave du vigneron.

En rouge, ce sera le Marquis Piero Antinori (photo entête du billet), l’homme du vin transalpin avec Angelo Gaja qui a su montrer au monde que oui, l’Italie pouvait faire des vins de référence mondiale. On aura ainsi l’occasion de déguster 3 crus toscans qu’il nous présentera dans 3 millésimes différents : Tignanello 2004 – Guado al Tasso 2007 – Solaia 2001.

Mais – juste entre nous – à l’occasion  dégustez son Pinot Nero du Castello della Sala : certes à rapprocher plus des Blauburgunder de Martin Wassmer ou Huber que de la Bourgogne, mais en Italie, un tel pinot noir, c’est une sacrée découverte ! Bravo à Renzo Cotarella, bras droit du Marquis pour tous ses vins transalpins.

Politique

Le monde : lire le rapport de la CIA :

https://www.dni.gov/index.php/global-trends-home

C’est long, complexe, mais les grandes lignes méritent de s’y attarder.

Le monde qu’on nous prédit, avec un risque majeur de conflit mondial « agrémenté » des questions climatiques : est-ce là un avenir plus que possible ? Ou va t’on plutôt vers le futur que nous a donné Ridley Scott dans Blade Runner (dont l’épisode II est prévu pour tantôt) ? Pas très joyeux tout cela ! mais ce qui est bien avec les prévisionnistes, c’est qu’en grande majorité, ils se trompent un max ! Il suffit de relire dans les anciens Réalités ou Spectacle du Monde, ce qu’on prédisait pour l’an 2000 dans les années 60 et 70 !

Une autre information qui peut faire frémir dans le JDD du jour (page 14) : la liste des pays où plus de 40 % des filles de moins de 18 ans sont mariées par leurs parents selon des traditions intemporelles. Ce n’est pas demain la veille que les féminins aura des droits égaux aux masculins. On a trop le prisme de l’occident démocrate pour voir et juger notre planète ? Probablement, mais alors pourquoi l’Europe a encore tant d’attraits pour le reste du monde ?

France :

Le plus que triste feuilleton Fillon est l’occasion de découvrir des comportements inattendus.

D’abord celui de cet ancien Premier Ministre pour qui il eût été si simple (on l’avait déjà écrit sur l’ancien blog), dès le lendemain de la première parution du Canard, d’avouer non pas une faute légale (la justice le dira) mais une faute morale qu’il aurait pu réparer en donnant 1 M d’euros aux Restau du Coeur. Il y aurait eu 10 banques à genoux devant lui pour lui prêter cet argent. Comment n’a t’il pas eu cette réaction ? Est-il si éloigné par son milieu de ce qu’a suscité cette ignorance totale du « vrai » monde en France ? Maintenant, le voilà dans un attitude totalement suicidaire où il ne sera pas le seul à morfler. De quoi réduire House of Cards à une gentillesse de couvent pour jeunes filles de bonnes familles.

Ensuite, les médias. Là, on se repaît en boucle de cette histoire alors même que rien n’empêche les TV, journaux et autres outils de communication de donner une priorité aux projets des uns et des autres. Quelle médiocrité et surtout quelle hypocrisie de leur part ! Un parisianisme superlatif désespérant !

Et, cerise sur le gâteau, le Président sortant qui cherche, vaille que vaille, à laisser ici ou là quelques phrases historiques destinées aux livres d’histoire. Quelle déchéance ! A se poser de sérieuses questions sur l’organisation du système démocratique qui met aux manettes des esprits si médiocres !

Europe :

Personne, absolument personne pour proposer une sérieuse remise en cause des structures actuelles, avec ce stupide vote unanime exigé pour les décisions majeures et ce déni démocratique d’avoir fait passer Maastrich alors même que le vote français avait dit non.

Quelle sera la rupture, quelle sera l’étincelle pour un nouveau départ sur une base fédérale, la seule solution à terme face aux mondes majeurs américains et asiatiques ? L’euro va rester cahin-caha tant qu’il n’y aura pas le minimum d’harmonie fiscale et un minimum de politique économique commune ?

A se relire, on peut s’étonner que voilà surtout une liste de questions alors même que l’on ne sait pas trop où trouver des réponses. Espérons que viendront vite des intelligences capables d’apporter des réponses avec un peu d’optimisme et de réalisme, et avec des mots que chacun pourra comprendre.

Lecture

Vous arrive t’il de prendre du temps pour finir un livre qui vous a enthousiasmé ? Craindre la dernière page tant ce sera quitter une aventure à laquelle on s’est identifiée d’une façon ou d’une autre ?

Avec Shibumi, quiconque aime le pays basque, aura là une leçon de choses où culture de ce peuple mystérieux se mêle avec la Mother Company qui existe bien quelque part sur cette planète. Un policier rare, un joyau unique où les simples pages totalement jouissives décrivant les Volvo valent le prix modeste de cette réédition. Et les Cagots ? Vous connaissiez ? pas moi !

https://fr.wikipedia.org/wiki/Cagot

Musique

Période plus « Opéra » que « Passions ». Et donc entre deux Puccini (dont les Villi) , deux versions de Faust dont celle avec Roberto Alagna n’a pas trop de mal – niveau qualité des voix – à se comparer à celle avec Ruggero Raimondi.

Résultat de recherche d'images pour
Avec Carmen de Bizet, Faust est véritablement l’oeuvre d’un génie musical et les anciens se souviendront toujours de la sublime mise en scène, à l’opéra de Paris, de Rolf Liebermann.
A condition d’être dans la catégorie « grand bourgeois-ouverts-au-monde », la vie fin du XIXème et début du XXème devait être sacrément passionnante ! On pense aussi ici à ce qu’écrit Etienne Klein sur le milieu scientifique qui fut l’occasion si riche de rencontres entre génies et découvertes !
Dessert
On vous laisse imaginer…
DSC07960.JPG
Peu de chefs sont capables de telles beautés gourmandes : Vive Alain Pégouret !

8 Comments

  1. Voilà donc Juppé qui s’écarte définitivement de ce gâchis monstrueux alors même qu’en décembre, une voie royale était tracée pour une nouvelle politique de réelle rupture mettant en avant la notion de liberté d’action, nécessaire à une création de richesse laquelle alors, et alors seulement, peut être redistribuée correctement.
    Maintenant, le vote dans l’isoloir peut encore une fois, comme lors des primaires, contredire les sondages d’ici et là. Cela voudrait dire qu’une majorité d’électeurs donnerait une priorité aux questions majeures du pays. Soyons lucide : quel homme politique, dans sa vie de politicien, n’a pas quelque part une casserole que bien des organes de presse ne mettent pas en avant comme cela se fait actuellement. J’imagine les gens du Canard qui se disent quelque part que tout cela, c’est un peu de leur fait.
    Il n’est que temps de revenir aux projets au delà des vicissitudes d’humains : où est la notion de compréhension des priorités, d’un pardon nécessaire face aux défis réels et majeurs qui nous attendent ?

    J'aime

  2. « J’imagine les gens du Canard qui se disent quelque part que tout cela, c’est un peu de leur fait. »

    Sans aucun doute !

    J'aime

  3. Il a été remboursé, selon l’avocat de Fillon, mais chiche que le prochain billet du Canard sera pour dire que Fillon, à l’école, avait volé des billes à ses petits camarades.
    Restons sérieux : si on peut s’attendre lors des débats à venir à ce que les adversaires évoquent cette question « Pénélope », il y aura quand même quelque part un raz le bol des auditeurs, suffisamment gâtés par les médias sur ce point, et qui veulent, in fine, qu’on parle enfin de leurs véritables problèmes.
    Si on veut des dirigeants « plus blancs que blancs », ça va être costauds pour les trouver.
    Bref : il n’est que temps de hiérarchiser les choses.

    J'aime

  4. Merci pour votre bon sens si rare à l’heure actuelle , au moment où l’on voudrait débrancher les médias et n’écouter plus que de la musique

    J'aime

  5. On peut espérer que bien des électeurs, dans le secret de l’isoloir, démontreront à quel point, comme pour la primaire de droite, les sondeurs (bien trop « parisiens ») peuvent manquer des évolutions pouvant changer les choses.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s